Site officiel de la commune de Chalon

Accueil => La Commune => Historique => Un peu d’histoire

Un peu d’histoire :

La commune de Chalon a été créée en 1790 par démembrement de l’ancienne communauté de Pinet.

La communauté de Pinet se composait des neuf paroisses d’Eyzin, Saint-Sorlin, Meyssiez, Chalon, Buis et Court,
Chaumont,
Saint-Marcel et Sanneau,dont la plupart ont été érigées en commune.

Michel Piotrowski, dans son ouvrage intitulé « Montseveroux et les villages voisins » parle du Roi Conrad,
qui par une diplômedu premier janvier 969,c
oncéda à l’abbé Adelelme, du monastère de Saint-Pierre de Vienne,
le petit monastère de Saint-Julien-du-Désertavec toutes les villages qui en dépendaient dont un manse à Chalon.

En 1879, le Conseil Municipal donne un avis favorable à l’ouverture d’une route reliant Vienne à Epinouze dans la
Drôme et traversant la commune.

La réalisation de la RD 46 permit donc aux chalonnais d’accéder plus facilement aux communes voisines et surtout à Vienne,
lieu du marché hebdomadaire du samedi,o
ù un autocar Gauthier de Cour et Buis assurera le service jusque dans les années 50-60.
Cela entraînera également la construction de l’école-Mairie en 1907,
sur un lieu plus accessible et déplacera de ce fait,
le centre du village.

Avant la Grande Guerre, les habitants de la Rosière (où il n’y a pas de forêts), viennent essarter les bois de Chalon
afin de pourvoir à leur chauffage, ils emportent le bois en échange de l’arrachage des souches.
En 1914, la ligne téléphonique arrive à Chalon.

Comme il n’y a pas de volontaire pour tenir la cabine publique, l’appareil restera un certain temps fixé à un cerisier...
L
’électrification de la commune ne se fera quand 1936, après que la société « Force et Lumière » installe un transformateur
avec les premières lignes.

En 1919, au retour des mobilisés, une croix est érigée aux abords du cimetière en hommage aux trois des leurs qui ont laissé leur vie.

Jusque dans les années 30, la famille Peyret tient le café (au dessus de la chapelle). Les Chalonnais et les habitants de Milieu viennent
y jouer aux boules.

Monsieur Peyret sonne l’angélus chaque midi et récolte le foin du cimetière qui est enherbé.
Pendant la deuxième guerre mondiale,afin de remplacer l’essence qui était introuvable et permettre aux véhicules
de rouler, la forêt chalonnaise a été particulièrement exploitée pour faire du gaz et du charbon de bois.

En 1945, il n’y a qu’une seule voiture à Chalon : La Renault Primaquatre du Maire de l’époque, Henri Millard.
En 1947, avec le plan Marshall,le premier tracteur arrive à la ferme de la Platane.
A c
ette époque, toutes les familles de Chalon vivent de l’agriculture.

 

L’église Saint-Michel de Chalon :

L’église qui date du 17ème siècle a probablement été édifiée sur un site beaucoup plus ancien vue la hauteur du tertre.
Son seuil d’entrée en calcaire blanc n’est pas originaire des carrières de la région mais c’est probablement un réemploi.
L’unique cloche, datée de 1666 et classée, porte l’inscription latine : « SIT NOMEM DOMINI BENEDICTUM ».
Lors de la 1ère République en 1791, l’église est fermée au culte. Elle servira de grange à foin jusqu’en 1823.
Il n’y aura plus de curé à Chalon, la paroisse étant rattachée à celle de Saint-Sorlin-de-Vienne.

La tombe située devant l’entrée de l’église est celle de la « bonne dame ». Catherine BONNIER, épouse PEZON GERBOLLE,
décédée en 1864,elle était le bureau d’aide sociale de l’époque.
Elle s’occupait des pauvres, soignait les malades, arrangeait les mariages. Elle se déplaçait sur une mule. 
Son épitaphe est ainsi rédigée : « Elle laisse des regrets éternels à sa famille, aux pauvres et aux affligés ».

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

 

Flash Infos

Les compte-rendus des réunions du Conseil Municipal sont à lire dans la rubrique "Municipalité / Conseil Municipal compte-rendu"

cliquez ici


 

Les Chalonnais de l'année sont consultables dans la rubrique "Bulletin municipal"
Bonne lecture


 

Rechercher

Connexion